agence architecture nantes oxala maria tavares

Géobiologie et l'Habitat

11/07/2022

Comment l’étude de la géobiologie peut nous aider à améliorer notre habitat ?

En architecture nous étudions de nombreux paramètres liés à la géobiologie de manière à rendre l’habitat le plus en harmonie avec le vivant. Décryptage.

Faire le lien entre l’harmonie et le lieu

Nous vivons immergés dans le rayonnement constant d’origine naturelle et artificielle.  
L’équilibre de toute vie sur la planète dépendent des rayonnements nourriciers telluriques. Parmi les rayonnements qui nourrissent et entretiennent la vie sous ses formes multiples, citons le rayonnement cosmique et le rayonnement tellurique. La rencontre entre le flux cosmique positif(descendant) et le flux tellurique négatif(ascendant) produit l’énergie cosmo tellurique. On dit alors que « le champ cosmo tellurique est en harmonie ». Cet équilibre permet l’homéostasie, notre bonne santé.

 

Être au diapason avec notre lieu de vie

Le corps énergétique d’un être vivant peut se charger ou se décharger en énergie selon la qualité de son alimentation, la nature de ses pensées, la qualité vibratoire du lieu où il vit et évolue.
Il se produit un phénomène de compensation entre son propre potentiel énergétique et celui du lieu où il se trouve. Ce phénomène de « vases communicants » s’opère également entre deux personnes dont le potentiel d’énergie est différent : le plus fort au profit du plus faible.


La masse moléculaire d’une habitation étant disproportionnée par rapport à un être humain, c’est impérativement l’habitation qui va imposer sa fréquence :

Certains matériaux de construction et des vêtements synthétiques peuvent nous priver de ces rayonnements nourriciers, nous devons éviter de nous exposer aux endroits géo-pathogène, c’est-à-dire des endroits où le champ électromagnétique naturel de la Terre est perturbé et ce qui perturberait par la suite notre métabolisme et notre système endocrinien.

Ceci est principalement le cas au-dessus des veines d’eau souterraines et des discontinuités du sol (faille), des croisements des réseaux Hartmann, Curry, et Grand Réseau diagonal.

 

 

Il existe plusieurs grandes familles d’agressions qui peuvent « pomper » l’énergie vitale des occupants.

 

Les rayonnements ionisants

 

Issus de la radioactivité naturellement présente dans l’environnement, ils peuvent détériorer notre santé en dégradant nos cellules, voire en les détruisant.

 

Les champs électriques

 

Un champ électrique peut affecter notre équilibre nerveux tout comme notre rythme cérébral. Il pénètre peu profondément dans notre corps mais peu provoquer des tensions nerveuses et des insomnies.

 

Les champs magnétiques

Les champs magnétiques continus interagissent avec le contenu dans les globules rouges. Or, l’oxygène se fixe sur les particules de fer contenues dans l’hémoglobine pour donner l’oxyhémoglobine. Ces particules de fer peuvent êtres freinés par un réseau magnétique.

Le champ magnétique alternatif d’une ligne à haute tension peut apporter atteinte à la santé, surtout quand le voltage est élevé.

Le courant qu’elle transporte est alternatif. Cela signifie qu’il change de sens cent fois par second (soit 50cycles par second = 50 hertz). Comme le démontre l’expérience d’Oersted, une inversion de champ magnétique fait pivoter l’aiguille d’une boussole de 180°. Or, nos molécules d’eau dont notre corps est composé de 75%, constituent des dipôles, c’est-à-dire des aimants. La charge négative se trouve du côté de l’atome d’oxygène et la charge négative du côté de l’atome d’hydrogène.

Observation :  Il suffit se pencher sur le principe du four micro-ondes pour s’en convaincre. Si l’aliment ne contient pas d’eau, il ne chauffe pas. S’il en contient, il devient brulant en quelques secondes, du fait que les molécules d’eau pivotent 2,45 milliards de fois par second (2,45 gigahertz).

Certes, nos propres molécules d’eau pivoteront moins rapidement dans le champ magnétique alternatif d’une ligne de HT que si elles étaient placées dans un fours micro-ondes. Cependant, la répétition sur une longue période de leur rotation cent fois par second a un effet délétère.

Les énergies nourricières

La vitalité des être vivants est entretenue par les rayonnements cosmo telluriques nourriciers.

La terre et le soleil sont les véritables parents de tous végétaux et animaux qui peuplent notre planète.

Les êtres vivants y puisent une partie essentielle de leur vitalité.

Le bouclier magnétique terrestre, protège le règne vivant des corpuscules des vents solaires.

 

Le rayonnement cosmique

Grâce a deux ceintures de Van Allen, le champ magnétique terrestre stoppe les protons et les neutrons à 20 000km d’altitude et les électrons à 3 500km d’altitude. L’atmosphère filtre une part importante des rayonnements ionisants, laissant passer principalement la lumière, les infra-rouges, les UVA, une partie des UVB et les rayonnements cosmiques.

Sans cette protection, aucune vie ne pourrait subsister à la surface du globe.

 

Le rayonnement tellurique

Ce rayonnement nourricier qui émane du sol véhicule une multitude d’ions négatifs attirés par le rayonnement cosmique positif. Lorsqu’ils se complètent et s’équilibrent les champs cosmo telluriques sont bénéfiques. Ils chargent l’air que nous respirons et alimentent notre vitalité.

Mais, à l’inverse, certains composants du rayonnement tellurique peuvent nous agresser. Il s’agit en particulier des neutrons thermiques et du rayonnement gamma que l’on détecte principalement à verticale des cours d’eau souterraines, des discontinuités dues différents sous-sols et des failles.

Les cours d’eau souterrains

L’impact d’un cours d’eau souterrain sur la santé est d’autant plus important que sa pente est forte, son débit important.

 

La nature des perturbations émanant d’un cours d’eau souterrain peut être multiple :

Ces rayonnements gamma ont un effet ionisant. Ils peuvent alors fracturer notre ADN contenu dans leur noyau, tuant ainsi la cellule. Plus souvent, ils arrachent au passage des électrons à nos cellules, les transformant ainsi en « radicaux libres ». Ces cellules devenues très instables vont interagir avec les cellules saines qui les entourent et provoquent des désordres biologiques en série.

Les failles souterraines

Il s’agit de l’agression la plus forte en géobiologie. Les failles sont fruit d’une veine d’eau souterraine qui a creusé en circulant en sous-sol.

On les repère en observant leurs dégâts matériels : un mur ou un carrelage fissuré, une haie trouée.

 

Leur nocivité double :

Elles laissent passer le rayon gamma qui fuse du « manteau » de la terre.

Elles canalisent de gaz radioactifs.

La faille sèche est aussi nommée « Discontinuité du sous-sol », c’est la jonction de différents sols (sable/argile, schiste/sable, etc) une ouverture de quelques cm à quelques mètres sur les murs ou les sols.

Les réseaux telluriques

Il existe un grand nombre des réseaux telluriques. Il s’agit de murs, ou de cordes invisibles, à peu près verticaux, qui constituent un maillage au sol en forme de filet. Ces réseaux multiples sont qualifiés d’ubiquitaires, car ils quadrillent toute la surface terrestre.

Les réseaux telluriques sont des rayonnements et non des courants.

On les classe en deux catégories :

Les réseaux Globaux, orientés selon les quatre points cardinaux

Le réseau Hartmann

 

Le réseau Hartmann il forme un immense filet, ses murs sont épais d’environ 20 centimètres plus ou moins régulier, qui monte verticalement. Il importe des plafonds espacés verticalement d’environ 2,50m x 2,00m. Ce filet se resserre à la proximité des cours d’eau souterrains.

Les réseaux diagonaux orientés à 45° (Nord-Est /Sud-Ouest)

Le réseau Curry

Ses murs sont épais d’environ 40 centimètres. Il est assez irrégulier dans son tracé. La distance entre les murs qui le constituent varie de moins de 3,50m à plus de 8,00m (4,5 m en moyenne dans les deux sens). Il se déforme en fonction des masses ferromagnétiques qui l’entrainent.

Son impact est plus intense que celui de réseau Hartmann.

L’air intérieur

Quand on parle d’environnement et santé, la qualité de l’air intérieur est primordiale. En effet, une ventilation insuffisante et la présence de polluants chimiques peuvent dégrader notre santé. Les sources de pollution chimique dans nos locaux d’habitation sont nombreuses :

Les substances qui émanent des produits d’entretiens : Boules antimites ; diffuseurs électriques ; décapants pour les fours ; nettoyants pour vitres ; désodorisants ; plaquette anti-moustiques ; détachants ; solvants pour peintures ; détergents pour moquettes

Les substances qui émanent sont gravement toxiques : Paradichlorobenzène ; Naphtalène ; Dichlorvos ; Ethers de glycol ; Chlorpyriphos ; C.O.V.(composés organique volatils)

Et les gaz radon gravissime : Le radon, gaz radioactif naturel inodore, incolore et inerte, est présent partout dans les sols et sous-sols granitiques et volcaniques. Ce gaz s’accumule dans les espaces clos, notamment dans les bâtiments. Il a été reconnu cancérigène pulmonaire certain pour l’homme depuis 1987 par le centre international de recherche sur le cancer de l’OMS

Le temps, un facteur clé.

Dans bien des cas, ce n’est pas l’intensité des perturbations qui fait leur dangerosité mais bien la durée d’exposition. Leur intensité ne le rend perceptibles que chez des sujets hypersensibles. Or, si de nombreuses personnes ignorent totalement l’existence de ces perturbations, elles y sont pourtant vulnérables dans le temps. La dangerosité des agressions géo biologiques s’accroit au fur et à mesure du temps d’exposition.

Hippocrate, père de la médecine insistait sur l’importance de la salubrité du lieu pour rester en bonne santé.

Comment se préserver et vous protéger des ondes électromagnétiques.

Que ce soient les hautes fréquences (5G, antennes relais, smartphones, WiFi, télés et objets connectés, etc.), les basses fréquences (câblages, équipements sous tensions…) ou encore l’électricité sale (Linky, CPL…)

 

1 : S’auto-diagnostiquer : prendre conscience et être informé.

2 : Se protéger des ondes : savoir comment se protéger

3 : Se renforcer : Être autonome

 

clé n°1 : S’auto-diagnostiquer : prendre conscience et être informé.

 

La détection des ondes vous permet de rendre celles-ci visibles, de manière indiscutable. Pour mesurer votre exposition aux ondes, nous vous offrons un grand choix d’appareils de détections et mesures, pour tous les types de pollutions, que vous soyez un particulier découvrant ce domaine, un électro-hypersensible ou un professionnel confirmé de la mesure de la pollution électromagnétique.

 

clé n°2 : savoir comment se protéger

 

L’analyse de votre environnement vous aura peut-être démontré que celui-ci n’est pas aussi sain que souhaité par rapport à votre exposition, même après avoir appliqué les premières solutions indispensables d’hygiène électromagnétique. Les solutions de blindage électromagnétique des ondes peuvent alors être envisagées, notamment dans les zones de repos en priorité : Baldaquins anti-ondes, pour dormir dans un environnement adapté au ressourcement nécessaire pour le sommeil et pour favoriser nos défenses immunitaires, ou peintures, papier-peints, toiles, tissus, films pour fenêtre, systèmes divers de raccordement spécifique de ces blindages à la terre, câbles blindés, vêtements et linge de lit permettent de mieux vous protéger.

 

clé n°3 : Être autonome

 

Un mode de vie sain, en créant un environnement qui fortifie, en apprenant à apprivoiser votre sensibilité et à vous guérir sur tous les plans, nous sommes certains que l’électrosensibilité n’est pas une fatalité, mais doit plutôt être perçue comme un déclencheur de prise de conscience vers le mieux-vivre, notamment en renforçant son immunité aux ondes électromagnétiques et démystifier l’invisible et savoir comment s’en débarrasser.

Image Architecture verte